Le début du début

 

Natif de Charleville, dans les Ardennes, je m’intéresse très vite à la musique, au moins pour le début en tant  qu’auditeur, et surtout au son de l’accordéon (souvenez-vous de l’émission « Le Monde De l’Accordéon », animée par Michel Touret, le dimanche midi).

A 10 ans , un simple jouet, offert à l’occasion de la fête de Noël, il n’en faut parfois pas plus…

Combien d’enfants se sont vu offrir un petit accordéon tout rouge de la marque  Bontempi ? Un petit clavier de type piano à droite et quelques boutons  pour l’accompagnement à gauche.

Je m’entraînais à reproduire des morceaux que j’entendais à la radio, et très rapidement j’ai pu faire mon premier petit « concert »  familial.

Voyant cela, mes parents décidèrent de m’inscrire au conservatoire de Charleville-Mézières, afin d’y suivre une véritable formation musicale. Première année, uniquement  en solfège.

Comme il n’y avait pas d’accordéon dans cette école, on me fit essayer d’autres instruments. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans la classe de saxophone, où on m’a confié un alto au bout du rouleau…

Mes parents et moi décidons alors d’aller voir un professeur d’accordéon, à Charleville-Mézières, monsieur Charly Dany. Une grande chance de l’avoir rencontré. Il a été d’une générosité et d’un engagement uniques. Il m’a énormément apporté, tant en musique que dans la vie. Je lui dois beaucoup et lui suis extrêmement reconnaissant. Un peu comme un parrain, mais un parrain présent.

Ce fut le début d’un parcours de huit années d’assiduité, de travail, et de sérieux (enfin, la plupart du temps).

Cours le mercredi, accordéon tous les soirs, école le reste du temps, et très rapidement bals le week-end, il y avait de quoi faire.

Parallèlement, j’ai continué le conservatoire (excellente école au demeurant) pendant quelques années, uniquement en classe de solfège, maintenant que je pouvais étudier mon instrument préféré.

Premier concours le 01 avril 1979 (même pas un poisson), en catégorie initiation. Salle des fêtes du 17ème arrondissement à Paris. Je décroche la médaille d’or ! Ouahh ! Ça ne m’est plus arrivé. Mais j’ai quand même été finaliste de la Coupe de France en 1982,… Pas trop mal, non ?

Mon départ au service militaire m’a empêché de poursuivre, J’étais alors inscrit en catégorie excellence, et plutôt bien parti dans l’étude de mes morceaux. Tant pis…

Retour de l’armée, quelques mois de cours, puis le travail dans le bâtiment, l’emploi du temps très chargé, et hop ! Fin des cours…

Les premiers bals

Janvier 1980 , après seulement un an et demi de cours, je me retrouve sur une scène, salle des fêtes de Lumes (près de Charleville-Mézières) pour animer le repas dansant de la FNACA, et ce de 22h à 5h du matin.  Sacré baptême !

Pas de salaire prévu, juste une quête 170 francs… Enfin riche !

L’histoire d’une rencontre (ça commence souvent comme ça) entre mon frère, qui à l’époque jouait de l’orgue, et un jeune batteur, Yvon.

Début d’un duo qui va très vite devenir un trio avec mon arrivée. L’âge des musiciens; Yvon, 17 ans , Patrick, 16 ans et moi 14 ans.

Il faut trouver un nom, ce sera LES JUNIORS… Oui, bien vu !

Et aussitôt l’enchaînement, un calendrier qui se charge très rapidement, arrivée d’autres musiciens, guitariste, bassiste, et même un percussionniste.

La suite ?… 40 ans plus tard,  on continue bien-sûr…

 Naissance de l’orchestre

Pendant quelques années, j’ai un peu perdu le contact avec l’accordéon, jouant  surtout du clavier dans des orchestres de variétés.

Puis vient le moment où je rejoins une formation musette bien connue, toujours au clavier, mais là j’accompagne un accordéoniste.

Arrive ce qu’il doit arriver, l’envie de reprendre l’accordéon ne cesse de grandir, et là…

… une rencontre, un défi, on y va ?… Aller… Bingo, je me lance !

Mai 2003, premier bal de l’orchestre Fabrice LEFEVRE.

Une super équipe:

  • Christophe au clavier
  • Alain au saxophone et à la flûte
  • Mathieu à la trompette
  • Laurent à la batterie

Quatre vrais et excellents musiciens… Merci les gars !…on signe pour 20 ans !

Depuis, quelques changements ont eu lieu, Yves a remplacé Alain, et Pascal remplace Mathieu, Vincent remplace Pascal (pas tout le temps), Jean-Jacques nous rejoint, Christophe se met à chanter avec succès et Vonvon nous fait les choeurs…

2020 est l’année du renouvellement :

Yves a décidé de prendre une retraite ô combien méritée.

« L’orchestre Fabrice LEFEVRE » devient « Fabrice LEFEVRE New Orchestra« 

Benoît nous rejoint au clavier et au chant, et quel chanteur ! Mais vous le connaissez déjà, il n’est pas nouveau dans le milieu du Thé Dansant.

Nouvelle équipe, nouveau nom, nouveau look, répertoire revisité… Et toujours ce bonheur de vous faire danser sur les rythmes et les musiques que vous aimez… L’aventure continue…